Voeux 2016 de Dominique TRUY

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Monsieur le Maire,
Madame la Présidente de la Communauté d’Agglomération du Grand Dax,
Mesdames et Messieurs les adjoints,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs,
Chers collègues,

Que reste t-il de cette année 2015 qui vient de s’achever ? Comme une atmosphère, une sensation de malaise général, une drôle d’ambiance, les attentas de Paris sont passés par là, ceux de Beyrouth, de San Bernardino en Californie, sans oublier les exactions perpétrées au Mali, en Syrie et dans tant d’autres pays de la ceinture sub-saharienne, plongeant notre planète dans une nouvelle ère, celle du terrorisme aveugle, imprévisible, pouvant frapper n’importe où, n’importe qui, à n’importe quel moment.
Désormais il faut vivre avec cette réalité.
Mais il faut vivre et continuer à agir pour nos territoires, pour ceux qui y vivent, pour nos valeurs de démocratie, d’égalité homme femme, de fraternité et de laïcité.
De ce point de vue 2015, pour Dax, Monsieur le Maire, est une bonne année. Je rappelle, pour ceux qui l’auraient déjà oublié, qu’en mars dernier vous avez été élu, pour la première fois, conseiller départemental. Il faut toujours une première fois, Monsieur le Maire.
C’est peut être le début d’une longue carrière…

L’année 2015 a surtout été marquée par l’aboutissement de deux dossiers, essentiels pour la relance de l’économie locale.
L’hôtel des Thermes Jean Nouvel a été vendu à la famille Bérot et va redevenir un lieu privilégié du thermalisme traditionnel, à la Dacquoise, avec tout ce que cela comporte de respect de la tradition, d’une prise en charge soignée, familiale, qui fait le succès des établissements Bérot.
Mais le dossier le plus symbolique, le plus attendu et disons-le, le plus difficile, celui qui restera hors normes, par son montage juridique et financier, par son impact sur l’économie locale, par les débats enflammés qu’il a pu susciter, tant politiques, que journalistiques et par le nombre de conversations qu’il a pu animer au bistrot, à l’heure de l’apéro, dans les dîners en ville, partout, et bien au-delà de notre ville restera pour longtemps celui du Splendid.
Monsieur le Maire c’est fait ! C’est parti ! Il va rayonner à nouveau !
Quel aboutissement, quelle énergie déployée par une multitude de partenaires, dans tous les domaines, juridiques, techniques, architecturaux, économiques, urbains, culturels, etc…et que de travail fourni par tous les services de la ville et je veux saluer ici la contribution essentielle de celle qui vient de faire valoir ses droits à la retraite, Hélène Christin.
Ce dossier est pour moi symbolique, de l’idée que je me fais de la politique, de la défense de l’intérêt d’un territoire.
Il sauvegarde dans le domaine public un bâtiment exceptionnel sur le plan historique et architectural. Il valorise, pour longtemps, l’identité d’un territoire. Et enfin, il redistribue aux acteurs économiques une partie de leurs impôts, en permettant de développer de l’activité économique et de l’emploi.
Qui plus est, le futur exploitant est une entreprise issue de l’économie solidaire, qui gère le groupe Vacances Bleues, et qui n’a aucun actionnaire à rémunérer
Dès cette année, ce sont 60 à 80 salariés qui, durant toute la durée du chantier, soit entre 18 et 24 mois, vont se relayer et faire vivre le commerce local et donner aux petites et moyennes entreprises et aux artisans locaux, du travail. Demain, ce sont 70 emplois qui seront créés pour faire vivre l’établissement. Et alors, les retombées économiques pour le territoire sont estimées à 4 M€ par an.

Alors oui ce dossier est symbolique. Permettez-moi, Monsieur le Maire, de sortir un instant de mes obligations, pour vous dire qu’il marque un moment fort de mon expérience et de mon parcours professionnel. Et puis, tant que j’y suis, disons-le : la politique, quand elle résonne comme cela, elle ne peut que réconcilier les électeurs avec leurs représentants.
Un autre dossier était très attendu, il constitue une pièce supplémentaire du puzzle cœur de ville : c’est celui de la Délégation de Service public du Stationnement. Dans les prochains mois, un chantier, là aussi, hors normes, va voir le jour, entre les halles et l’école Sully. Le parking semi-enterré va disparaître, pour laisser place, à un parking souterrain de 350 places, et à un espace urbain végétalisé et minéralisé qui va transformer le paysage du cœur de ville. Un nouvel espace verra le jour. Il permettra des usages multiples, concerts, marchés, fêtes, promenade, jeux et bien d’autres animations. Ce nouvel espace urbain permettra une meilleure mise en valeur de la cathédrale, des halles et de la mairie. Cet aménagement sera accompagné de la mise en place d’une signalétique électronique en ville pour guider les conducteurs vers les différents lieux de stationnement, parcs souterrains et parcs de surface en enclos. L’espace ainsi créé permettra de développer une zone douce de déplacement pour les piétons, les cyclistes et les voitures.

C’est tout naturellement, tant ils sont complémentaires, que le dossier phare de la relance de la dynamique du commerce local a été lancé, à savoir celui de la refonte totale des Halles. Après un travail intense, d’état des lieux et d’analyse des enjeux, travail confié à un cabinet de programmistes, en lien avec l’ensemble des commerçants des Halles, le choix de la restructuration de cet équipement a été arrêté par le comité de pilotage dont les commerçants sont membres. Ce choix, c’est celui de supprimer l’escalier central des Halles et de dédier le rez-de-chaussée exclusivement au commerce alimentaire et à l’aménagement d’étals modernes, respectueux des règles d’hygiène et à l’aménagement soigné, attractif et vendeur. C’est également le choix d’ouvrir les halles sur le parc de la mairie, avec un aménagement extérieur pouvant être couvert pour accueillir le marché aux volailles. Ce choix c’est celui d’ouvrir les halles au nord et au sud, à l’est et à l’ouest, aménageant ainsi des commerces rue de la halle, sans oublier le drive qui sera mis en place dans cette même rue.

La DSP stationnement et la restructuration des Halles seront menés de pair, afin d’assurer la parfaite coordination technique qui s’impose. Demain vous pourrez vous garer en plein de ville et sortir par l’ascenseur à l’entrée des halles. Monsieur le Maire, Madame la Présidente de la communauté d’agglomération, je sais combien ce dossier vous tient à cœur. Je suis heureux qu’il aboutisse enfin. Une enveloppe financière de 5M€ est prévue pour ce dossier.

La culture constitue l’autre versant essentiel de l’impulsion que vous voulez donner à ce territoire et à l’offre de service que vous souhaitez offrir aux familles. C’est pourquoi, d’ores et déjà le projet de médiathèque a été lancé. Les études préliminaires et de programmation ont été menées, le projet pédagogique élaboré. Le conseil municipal a adopté les grandes lignes de ce dossier, permettant déjà, de solliciter nos partenaires institutionnels afin d’obtenir les financements indispensables à sa réalisation.
Ce projet n’est pas simplement un projet de médiathèque. C’est également un projet architectural, tant l’écrin qui accueille déjà la bibliothèque est en lui-même exceptionnel, par sa qualité, sa situation géographique et son histoire. L’hôtel Neurisse et la chapelle Sévigné, constitue un élément du patrimoine de la ville de Dax et des Dacquois, que ce projet va permettre de réhabiliter et de valoriser. La future médiathèque s’étendra sur 1500M2 au lieu des 800 actuels. L’école municipale d’arts plastiques sera intégrée au projet de la médiathèque au sein de laquelle prendra place un auditorium et des espaces de pratiques artistiques.
Le budget estimatif pour ce projet est fixé à 7M€ dont 60 % seront subventionnés.

Sur le plan des services, 2015 marque l’aboutissement d’un vieux dossier, celui du transfert à la Communauté d’Agglomération du Grand Dax de la voirie. Ce sont 100 kilomètres de voirie et 32 agents qui ont été transférés. Là aussi, soyons précis, c’est à la détermination du Maire de Dax et d’ Élisabeth Bonjean, la Présidente de l’Agglomération, que nous devons l’aboutissement de ce dossier, qui permet de mettre fin à une anomalie qui pénalisait tout le monde. Les choses sont désormais claires pour les citoyens, les agents publics et pour nos partenaires institutionnels : la compétence voirie est bien exercée par la CAGD et par personne d’autre.
Avec la voirie c’est la propreté et l’entretien, de ces mêmes voiries, qui sont transférés.

Cette nouvelle organisation permettra à chacun des agents de vivre des améliorations dans l’exercice quotidien de ses missions, de voir s’ouvrir des perspectives de carrière plus importantes. C’est aussi, avec cette nouvelle organisation, un moyen de rationaliser la dépense publique et d’offrir à l’usager un service public toujours plus performant.
J’en profite pour souligner, Monsieur le Maire, que la ville a poursuivi son travail inlassable, depuis huit ans, de remise à niveau des voies et trottoirs de la ville. Comme pour la route de Tercis, la rue d’Aulan et d’autres voiries encore…
Mais sur le plan de l’organisation municipale, le dossier majeur en 2015 et qui le restera en 2016, c’est celui de la mutualisation des services. Les réformes institutionnelles successives portent en elles, depuis longtemps, la logique du regroupement des services des villes centres avec les intercommunalités, et ce, pour des raisons de rationalité et donc de bonne gestion, évidentes.
Rappelons ici ce qu’est l’intercommunalité. L’intercommunalité c’est d’abord la valorisation des singularités de chacune des communes qui composent l’agglomération. C’est ensuite la mise en commun de nos moyens pour réaliser ensemble, ce que pris individuellement, nous ne saurions porter. C’est enfin la mutualisation des services et donc la rationalité due aux contribuables.
Cela constitue le plus beau des projets de territoire : singularités, solidarités, efficacité.

L’intercommunalité : voilà le niveau de gestion des territoires qui est au cœur de la réforme institutionnelle en cours dont la loi « Nouvelle Organisation des Territoires de la République », dite loi NOTRE, constitue le cadre de référence.
Pour faire simple, cette loi vise à rationaliser la carte intercommunale et redistribue les compétences entre collectivités.
L’intercommunalité, c’est l’échelon de la rationalité, l’optimisation de la gestion entre les différents niveaux de collectivité et entre les communes. C’est aussi la prise en compte de l’intérêt du contribuable, tant sur le plan financier, que sur la qualité du service rendu.
Dans ce cadre, l’exercice des compétences, actuelles et à venir, de l’Agglomération, nécessite désormais de structurer une administration de gestion et de conseil, susceptible de permettre aux élus d’assumer sereinement une ambition, d’élaborer en toute connaissance de cause des stratégies de développement, pour un territoire d’avenir. C’est la voie dans laquelle les élus de toute l’Agglomération ont décidé, tous ensemble, de s’engager.
L’intercommunalité c’est désormais l’échelon local des choix stratégiques, c’est l’échelon local qui met le citoyen au cœur du développement économique et du développement durable.
Sur le plan organisationnel, à l’instar de ce qui passe partout en France, en application des orientations législatives et réglementaires, et dans l’intérêt des citoyens et des contribuables les élus communautaires, ont, en accord avec les élus municipaux, décidé d’engager le processus de mutualisation des services dits « ressources ». Il a ainsi été décidé, de mutualiser le poste de Directeur général des Services (DGS) de la ville centre et celui de DGS de l’agglomération ainsi que la direction des affaires juridiques des deux collectivités.

De quoi s’agit il ?
Concernant le DGS, désormais de l’Agglomération, je suis chargé de proposer le nouvel organigramme, d’animer l’activité des services, de veiller à la mise en œuvre des décisions des élus, d’apporter l’expertise nécessaire à la Présidente et aux élus de l’Agglomération, et de la ville de Dax, de rendre compte de l’action administrative.
J’assurerai aussi l’interface avec tous les secrétaires de mairie, pour mener une information permanente et co-construire les différentes étapes de la mutualisation et de tous les projets qui le justifieront.

Concernant le pôle juridique d’Agglomération, avant le mois de janvier, la situation était la suivante. La Communauté d’Agglomération disposait d’un service juridique comptant deux agents. Pour faire face aux nouveaux besoins et responsabilités, la logique aurait dû conduire à recruter des personnels. Or, la ville centre qu’est Dax, dispose depuis longtemps d’une direction juridique qui gère les marchés publics, les assurances, et le conseil et l’analyse juridiques. Dès lors, une question de simple bon sens se posait. Est-ce que le service déjà structuré de Dax, renforcé par les deux agents du Grand Dax pouvait prendre en charge les dossiers existants et ceux qui ne manqueront pas d’arriver? La réponse était évidemment oui, dès lors que l’on regarde la réalité des dossiers.
L’exemple les marchés publics illustre parfaitement cette réalité. La ville de Dax lance environ 150 à 250 Marchés à Procédure Adaptée (MAPA) par an et une quarantaine de marchés structurés, soumis à publicité. Au sein de l’Agglomération, ce sont environ 40 MAPA et 2 marchés structurés qui sont engagés chaque année. Et dans une des communes du Grand Dax, ce sont un ou deux marchés qui le sont…dans le mandat.
Il est aisé de comprendre que tout le monde est gagnant dans cette nouvelle organisation. Les contribuables qui ne seront pas sollicités de façon inutile. Les habitants, qui sont évidemment les mêmes, qui bénéficient d’une qualité accrue de services sur tout le territoire.
Les communes qui peuvent avoir accès à une qualité de conseil auquel elles n’avaient pas toujours accès auparavant. Pour Dax, qui transfère une partie de ses agents sans rien perdre du bénéfice de leurs compétences pour la commune. Et enfin, pour la Communauté d’Agglomération dont le coût du transfert des agents vers ses services est nul puisqu’il sera retenu sur la dotation de compensation de la ville de Dax. A l’inverse, cette arrivée de nouveaux agents va améliorer le coefficient d’intégration fiscale de l’Agglomération laquelle, très concrètement, va pouvoir obtenir des aides financières de l’État plus favorables.
Du gagnant-gagnant à tous les niveaux.

L’année 2016 s’annonce passionnante. Je suis heureux, à vos côtés, au côté de la présidente de la Communauté d’Agglomération du Grand Dax, de contribuer, à ma place, à l’avenir de votre ville et du Grand Dax. Je vous remercie tous les deux de votre confiance. Soyez assuré de mon dévouement et de ma totale loyauté.

A chacune et chacun d’entre vous, je souhaite une bonne et heureuse année 2016.

A vous Monsieur le Maire, à vous Madame la Présidente de l’Agglomération et à l’ensemble de l’équipe municipale, je souhaite, au nom de l’ensemble des agents réunis ce soir et en mon nom personnel, une bonne et heureuse année 2016.

Dominique Truy

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »